Es-tu vraiment prêt à me quitter ?

Je t’ai filé ce salut sur ton Messenger il y a 20 mois, tout de suite tu m’as passé tes coordonnés. Bizarre ! En fin de soirée, on s’est enfin rencontré, entre potes autour de la bonne bière, nos gorges trempées dans du bon whisky, on festoyait. Quand je t’ai vu je n’avais pas prévu que tout cela allait nous conduire dans cette petite chambre, pas bien décorée, mais finalement qui a reçu la meilleure des prestations de baise que j’ai reçu, la meilleure que j’ai aussi offerte. Oh ! Bien loin d’oublier que le premier regard a abouti à la première baise. Mi- sucre mi- miel, mi- passion, mi- désir, je t’ai balancé cette phrase : « Trouve mon point G et fais-moi jouir pour la première fois stp », que finalement tu as gardé comme boussole pendant notre relation. Depuis, chacune de nos rencontres était scellée d’une prestation de baise bien dorée dans du plaisir de diable, et toi comme Christophe Colomb partant à l’aventure, mon corps comme mer, tes doigts magiques, tes lèvres sensuels, ton regard si doux comme outils et matériels de voyage, et ton engin Ou lala ! Le grand  bateau qui perce les eaux, traverse les océans, contourne les vagues, long voyage ! Non tu n’as pas découragé, que dire tu n’as pas éjaculé ! Tu continues là qu’aucun autre aventurier n’y a peut-être jamais pensé. Dit-on le fruit d’une passion, tu as vraiment découvert l’ile. Oh ! Avec toi chéri le plaisir est une ile.

Et tout cela après pour venir me dire que tu te rétractes car c’est le grand décembre : le mois des mariages. Qu’enfin tu vas l’épouser ? Tu sais  Gary, la femme que je suis, je n’aime pas de ne pas pouvoir résoudre les problèmes en amour, c’est pourquoi jusqu’avant toi j’ai refusé de tomber en amour, mais dans ma vie ailleurs j’ai appris que même quand la situation est désespérée il faut continuer à se battre, continuer à croire que l’on peut changer le cours des choses, qu’on peut retourner la situation en sa faveur et qu’avec un peu d’imagination on peut sortir de son chapeau une réponse inattendue à ses attentes, ses souhaits, ses vœux. Bien sûr aussi, avec toi ce que j’ai appris, il faut certaines fois savoir se résigner et accepter son impuissance, et que l’on aura beau tout donné mais ça ne servira à rien car la vie tient à nous faire comprendre qu’après tout il y aura ces situations qui nous échapperont et ses rêves que l’on ne pourra pas réaliser juste parce qu’ils ne tiennent pas compte de l’autre, juste parce que le seul cible dominant, exploiteur et central dans ses rêves c’est notre petit bonheur. Malgré cette belle approche philanthropique ce dont je pense il demeure d’un devoir de toujours prendre une décision, même si cette décision n’est pas parfaite, même si elle nous demande le plus grands des sacrifices. Gary, je ne me suis jamais prononcé sur ta relation avec elle, toi aussi sur la mienne avec mon fiancé, mais je te le dis ce soir c’était plus que de la baise entre nous, il n’est pas question qu’on se quitte moins qu’on se marie chacun de notre côté, la vie, l’amour, le bonheur on ne va pas la compliquer sur une feuille blanche. C’est décembre, mais ça ne doit pas être le mariage de tout le monde.

Quand tu auras lu ce papier sur le site, sache le je viendrai a ce mariage et te balancer cette stupide question : Es-tu vraiment prêt à me quitter ?

Un commentaire